Vue sur les montagnes basques depuis le sommet du Mondarrain
Actualités,  Pays Basque,  Randonnées

Grande boucle d’Ainhoa : une randonnée sur deux jours au cœur du Pays Basque

Cela faisait un petit moment que je cherchais à faire une belle randonnée sur deux jours au Pays Basque afin de profiter à fond de ce cadre exceptionnel. C’est lorsque je me suis rendue compte de la proximité du village d’Ainhoa avec le pic du Mondarrain – un autre spot de rando bien connu de la région – que j’ai eue l’idée d’effectuer cette grande boucle qui suit principalement les sentiers de crêtes pour terminer du côté de Dantxaria en Espagne. Au programme : une belle ascension via le GR10, une nuit en bivouac au sommet du Mondarrain, un passage avec vue à 360° sur tout le Pays Basque depuis le mont Bizkailuze jusqu’au Gorospil et une descente sur la frontière franco-espagnole. Une randonnée qui s’adresse aux amoureux de la nature et à ceux qui n’ont pas peur de faire travailler leurs mollets.

22,6 kilomètres

10 heures (sur deux jours)

Difficile

Deux jours de marche au sein du massif du Mondarrain

Un périmètre protégé depuis 2004

Cette randonnée nous invite à nous immerger au sein du massif du Mondarrain, une zone classée Natura 2000 qui s’étend entre les communes d’Ainhoa, d’Espelette et d’Itxassou. C’est en premier lieu la présence de troupeaux de vaches sauvages, les Betizu, qui a valu à ce site exceptionnel son classement en zone protégée, afin de préserver cette faune emblématique des montagnes basques. Plusieurs panneaux informatifs placés le long des sentiers pédestres nous indiquent l’entrée dans les zones d’habitats des Betizu et nous invite à conserver nos distances afin de ne pas les déranger.

panneau d'information sur les betizu vaches sauvages du pays basque
À l'approche du Mondarrain : un panneau d'information sur les Betizu

Les sites Natura 2000, qui couvrent 13% du territoire français, ont pour objectifs de préserver des espèces dites « représentatives » de la biodiversité européenne. Il est important de préciser que ces zones n’empêchent pas le maintien des activités humaines (habitation, agriculture, pratique de loisirs et de sports etc.) mais qu’elles visent cependant à restreindre toute activité préjudiciable à la biodiversité.

Pratiquer la randonnée en zone Natura 2000

Concrètement, qu’est-ce que ce classement signifie pour nous, randonneurs ? Nous avons la possibilité de pratiquer la randonnée au sein du massif du Mondarrain et d’y bivouaquer, à partir du moment où l’on respecte scrupuleusement quelques règles de bon sens communément admises :

  • bien ramasser ses déchets et effacer les traces de son passage ;
  • ne pas s’imposer, faire du bruit ou s’étaler ;
  • installer son bivouac le soir et replier son installation au petit matin ;
  • faire en sorte de rester discret (ne pas s’installer au beau milieu d’un champ par exemple) ;
  • ne pas rester sur place plus d’une nuit.

N’oublions pas que dans de nombreux endroits en France, le bivouac est seulement toléré, mais ne constitue pas en soi un droit absolu. Il faut donc faire en sorte de toujours respecter l’espace dans lequel on se trouve.

Itinéraire de la grande boucle d’Ainhoa

La première étape de cette randonnée sur deux jours au Pays Basque consiste à rallier notre point de départ à Ainhoa jusqu’au pic du Mondarrain (749 m), en passant par le mont Errebi, l’Atxulegi et le pic d’Ourrezti. Le temps de marche pour cette première journée est de 4h30 (pauses incluses) pour un dénivelé positif d’environ 850 mètres.

Carte de la randonnee de la grande bouche d'Ainhoa
Itinéraire de la Grande Boucle d'Ainhoa sur deux jours

Lors du deuxième jour, la distance à parcourir est supérieure, mais le temps de marche reste à peu près équivalent (environ 5h) car il s’agit principalement de descente. On commence avec une très belle étape sur un sentier de crête depuis le Mondarrain jusqu’au Gorospil (691 m), avant d’entamer une longue descente d’environ 1000 mètres de dénivelé (cumulés) vers Dantxaria, le village-frontière côté espagnol.

Profil altimetrique de la randonnee sur deux jours au pays basque - Jour 1
Profil altimétrique du premier jour
Profil altimetrique de la randonnee sur deux jours au pays basque - Jour 2
Profil altimétrique du deuxième jour

 

Depuis Ainhoa jusqu’au pic du Mondarrain par le sentier du GR10 : Jour 1

On commence par emprunter le même sentier que pour la randonnée du mont Errebi : le chemin du Calvaire d’Ainhoa, balisé de ses nombreuses croix blanches, jusqu’au replat de la chapelle de l’Aubépine. On en profite pour faire une courte pause suite à cette première montée assez raide pour admirer la vue sur le village d’Ainhoa et sur La Rhune, la montagne emblématique de la côte Basque.

Vue sur le village d'Ainhoa et sur la Rhune depuis le sentier du GR10
Vue sur le village d'Ainhoa et sur La Rhune depuis le sentier du GR10

On continue en suivant le sentier du GR10, qui contourne le mont Errebi par son flanc nord. La montée est ici beaucoup plus douce et confortable que celle du Calvaire d’Ainhoa, et on pourra admirer au passage quelques petites grottes creusées dans la montagne.

Peu avant d’arriver au col des Trois Croix, l’objectif est en vue : on observe bien le pic du Mondarrain, celui de l’Atxulegi et le sommet de l’Artzamendi entre les deux.

La vue sur le Mondarrain, l'Artzamendi et l'Atxulegi depuis le sentier du GR10
Panorama sur le pic du Mondarrain (à gauche), l'Atxulegi (à droite) et l'Artzamendi au centre

Une fois passé le col des Trois Croix, on contourne le mont Atxulegi (aussi appelé mont Soporro) par son flanc nord, toujours sur le sentier du GR10. S’ensuit une descente d’environ 100 mètres pour remonter vers le col de Zuharretako (Zuharretako Lepoa). À partir de ce point, on quitte le GR10 pour bifurquer vers le nord en direction du Mondarrain.

Le col des trois croix sur le sentier du GR10
Arrivée au col des Trois Croix
Contournement de l'Atxulegi vers le col de Zuharretako
Contournement de l'Atxulegi vers le col de Zuharretako

Dernière ligne droite : il reste moins d’une heure de marche et environ 200 mètres de dénivelé à gravir avant de pouvoir poser la tente. Le passage entre le mont Urrezti et le Mondarrain, est particulièrement agréable lorsque la journée touche à sa fin.

Vue sur le pic du Mondarrain depuis l'Urrezti
Vue sur le pic du Mondarrain depuis l'Urrezti

Nuit en bivouac au sommet du Mondarrain

Le Mondarrain est certainement l’un des sommets les plus connus de cette partie du Pays Basque. En plus d’être une étape de randonnée notable, il s’agit d’un spot de choix pour ceux qui pratiquent l’escalade. Avec son sommet à la forme assez atypique en promontoire rocheux, ainsi que sa proximité avec la côte, le Mondarrain attire de nombreux passionnés de sports de pleine nature. La présence de petits replats tout autour de son sommet en font également une zone idéale pour le bivouac : on peut y poser sa tente sur une zone quasi-plate, tout en profitant d’un incroyable panorama sur la côte basque et les sommets voisins.

Vue sur la cote basque et l'Ursuya depuis le sommet du Mondarrain
Panorama sur la côte basque et le mont Ursuya depuis le sommet du Mondarrain

Bien entendu, tous ces avantages ne viennent pas sans contrepartie. Dans la mesure où il s’agit d’un endroit plutôt connu et assez prisé du coin, il ne faut pas s’attendre à être forcément tout seul. Mieux vaut donc éviter de s’y rendre en plein été. Trouver un emplacement pour sa tente peut même s’avérer compliqué durant la haute saison touristique (juillet/août). Sans compter les conséquences environnementales que peuvent avoir la sur-fréquentation de ce site à cette période de l’année.

Ceci étant dit, lorsqu’on choisit bien sa période pour effectuer cette randonnée sur deux jours au Pays Basque et si l’on part dans une optique de respecter la nature et les autres usagers du site, dormir en bivouac au Mondarrain constitue une superbe expérience. Depuis ce belvédère, on profite d’un large panorama sur l’océan Atlantique, les villes côtières, les petits villages nichés aux pieds des collines ainsi que sur les premiers sommets des Pyrénées. Par temps dégagé, on y voit le soleil se coucher au-dessus de l’océan et la voie lactée sans pollution lumineuse.

Vue depuis le Mondarrain au coucher du soleil
Profiter de la lumière du soleil couchant au sommet du Mondarrain

Du Mondarrain jusqu’à Ainhoa via le Gorospil et Dantxaria : Jour 2

Pour profiter davantage du site avant de repartir, on se réveille à l’aube, au moment où la lumière rosée du matin commence à éclairer les premiers sommets. On prend un petit café, on replie la tente, et c’est reparti.

randonnee sur deux jours au pays basque vers le gorospil
Deuxième jour : départ du Mondarrain vers le Gorospil et Dantxaria

On commence ce deuxième jour de randonnée par emprunter une nouvelle fois le chemin en direction du col de Zuharretako. Au petit matin, c’est le moment idéal pour faire quelques photos du paysage en bénéficiant d’une lumière très douce.

Une fois revenu au col, on se retrouve au niveau d’un carrefour. Cette fois, on ne suit pas le GR10, mais on emprunte le chemin qui remonte en direction du mont Bizkailuze et du Gorospil. Depuis ce sentier de crêtes, le panorama est grandiose. Nous ne sommes pas les seuls à profiter : on croise en chemin de nombreux marcheurs, des trailers ainsi que des VTT.

Sentier de cretes du mont Bizkailuze vers le Gorospil
Le sentier de crêtes du mont Bizkailuze vers le Gorospil

Lorsqu’on arrive au sommet du Gorospil, il ne faut pas manquer de bifurquer vers l’ouest. Ce passage est un peu technique car mal indiqué. Nous avons donc préféré descendre à pic depuis le Gorospil afin d’être sûr de ne pas rater le sentier qui redescend vers Dantxaria. Une fois dessus, pas de difficulté particulière : il suffit de suivre le balisage destiné aux VTT (le triangle avec les deux petits ronds oranges). Au bout d’un moment, on passe dans une forêt, puis on termine par longer un petit cours d’eau (Lapitxuri) jusqu’à Dantxaria.

Descente vers Dantxaria depuis le Gorospil

Nous voici donc arrivés en Espagne, au milieu des ventas et autres bars à tapas. Cela peut être l’occasion de se poser tranquillement en terrasse et de prendre le temps pour déjeuner. À partir de ce point, on revient définitivement en zone urbaine. Pour retourner à notre point de départ, on continue en traversant Dantxaria en direction de l’ancien poste-frontière.

Arrivee a Dantxaria en Espagne

Enfin, pour regagner Ainhoa sans avoir à marcher le long de la route départementale, on emprunte une petite route passant par des petits hameaux. Cette dernière étape n’est pas la plus agréable car on finit par une montée qui demande un petit effort supplémentaire. Cependant, cela reste le chemin le plus rapide pour retourner au parking.

Préparer sa randonnée sur deux jours au Pays Basque : Informations pratiques

Organiser sa randonnée : matériel et préconisations

Partir plusieurs jours en randonnée nécessite une organisation spécifique. Tout d’abord, il faut penser à vérifier la météo et choisir un créneau aux conditions favorables, car personne n’a envie de se retrouver à marcher deux jours sous une pluie battante.

Il s’agira ensuite de préparer suffisamment de vivres pour deux jours de marche et surtout, de l’eau en grande quantité. Lorsqu’il fait chaud en montagne, les réserves ont tendance à être rapidement écoulées. Ne tentez pas de vous ravitailler dans les petits cours d’eau si vous ne disposez pas de matériel filtrant : la présence de nombreux troupeaux d’ovins rend cette eau dangereuse à la consommation. Pour être sûr de ne pas se retrouver à cours d’eau, prévoyez au minimum 2 litres d’eau par jour et par personne. Cela pèse son poids dans le sac à dos, mais on ne peut en aucun cas faire l’impasse sur cet élément vital pour notre organisme.

La grande boucle d’Ainhoa ne présente pas de difficultés techniques particulières. Cependant, l’effort à fournir sur ces deux jours est assez soutenu : elle ne conviendra donc pas aux personnes peu habituées à ce genre d’expédition. Pensez à bien étudier le terrain avant de partir, et à vous munir d’une carte de randonnée ou d’un GPS afin de ne pas manquer les différentes étapes.

Fiche technique de la grande boucle d’Ainhoa

  • Distance totale : 22,6 km
  • Altitude de départ : 116 m
  • Point culminant : 749 m
  • Point le plus bas : 70 m
  • Dénivelé cumulé positif : 1326 m
  • Dénivelé cumulé négatif : 1325 m
  • Durée totale : 9h30 (sur deux jours)
  • Difficulté : Difficile

Ces données ont été recueillies via l’application smartphone ViewRanger au moment de la randonnée.

Bonne rando à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *