Les ruines de Calakmul englouties par la jungle
Amérique du Nord,  Carnet de voyage,  Mexique

Comment visiter Calakmul, la cité maya la plus secrète du Mexique ?

Imaginez des temples à moitié engloutis par la jungle, perdus au milieu d’une forêt tropicale où résonnent des cris d’animaux sauvages. C’est ce que vous aimeriez voir en venant au Mexique, n’est-ce pas ? Alors c’est définitivement à Calakmul qu’il faut vous rendre ! Pour ma part, le site archéologique de Calakmul et sa réserve ont été l’un de mes gros coups de cœur. Bien plus reculé que la plupart des sites mayas d’intérêt majeur, sa situation lui permet d’être encore épargné du tourisme de masse qui sévit au Mexique. C’est pour cette raison que cette étape se prépare et se mérite. Si vous vous demandez comment visiter Calakmul, vous êtes au bon endroit : je vous donne tous les conseils que j’aurai aimé avoir pour que vous en profitiez à fond à votre tour !

Calakmul : un site archéologique ET une réserve naturelle

Calakmul, ce n’est pas uniquement un site archéologique perdu dans la jungle. C’est une immense biosphère préservée de toute activité humaine, à l’exception de quelques communautés autonomes qui y vivent toujours. Considérée comme le poumon du Mexique, il s’agit ni plus ni moins que de la plus grande réserve naturelle du pays, et même de la deuxième forêt d’Amérique Latine, juste derrière l’Amazonie. Oui, rien que ça ! 

Vue sur la jungle de Calakmul

Loin des foules du Chichen Itza ou d’Uxmal, la cité maya de Calakmul a cette particularité d’être dissimulée dans la forêt tropicale épaisse, où vivent de nombreux animaux sauvages. C’est sa relative difficulté d’accès qui explique pourquoi le site est si tranquille par rapport aux autres complexes archéologiques du Yucatán. C’est aussi pour cette raison qu’il vaut mieux savoir comment visiter Calakmul afin de bien anticiper cette étape.

L’entrée de la réserve de Calakmul se situe à quelques kilomètres de Xpujil, dans l’État de Campeche. À ne pas confondre avec l’entrée du site archéologique, qui quant à lui, se trouve à 1h30 de route depuis l’entrée de la réserve ! Pour y parvenir, vous n’aurez pas le choix que d’emprunter une petite route sinueuse et cabossée, sur laquelle il n’est possible que de rouler à 30 km/h. C’est le seul itinéraire possible si vous souhaitez aller voir les ruines.

Visite des ruines de Calakmul : comment ça se passe ?

Une fois au bout de la route, dirigez-vous vers l’entrée du site archéologique pour acheter votre ticket. Une fois passé ce premier bâtiment, vous devrez marcher encore une bonne vingtaine de minutes dans la jungle avant d’apercevoir les premiers édifices. Et oui : tout se mérite à Calakmul, il ne faut donc pas être trop pressé.

Pour la visite, il est possible d’emprunter différents chemins, que l’on peut prendre dans le sens que l’on veut, et dans l’ordre que l’on veut. L’organisation du site n’est pas franchement intuitive, mais il existe, heureusement, un itinéraire communément emprunté qui vous fera passer par toutes les zones dans un ordre logique.

Ci-dessous, la carte des parties visitables du site archéologique éditée par l’INAH (lnstituto Nacional de Antropología e Historia).

la carte du site archeologique de calakmul par l'INAH
Carte du site archéologique de Calakmul - Source : INAH

Il existe trois itinéraires pour visiter Calakmul : un court, un moyen et un long. Lors de notre visite, les accès à la Petite et la Grande Acropole étaient malheureusement fermées (à gauche et à droite sur la carte – n’hésitez pas à l’agrandir pour mieux voir). Nous n’avons donc pas vraiment eu le choix que de suivre un chemin unique, nous menant vers les parties ouvertes au public.

Nous avons donc vu, dans l’ordre (photos dans le carrousel ci-après) :

  • La zone résidentielle de Chan Chi’Ich
  • L’acropole de Chik Naab
  • La Gran Plaza, où se trouve la grande pyramide de Calakmul (joliement désignée par l’appellation « Structure II »)
  • La Structure I, qui est un peu plus reculée

À savoir : les structures VII et II (la grande pyramide de Calakmul), qui se font face au niveau de la Gran Plaza, sont toutes deux escaladables. Attention cependant, car les marches sont petites, l’effort est coûteux en énergie à cause de la chaleur et le soleil cogne bien lorsqu’on est tout en haut. Mais l’effort vaut quand même la chandelle.

Une fois arrivés au bout, nous avons dû retourner sur nos pas pour nous rediriger vers le parking, en retraversant la Gran Plaza dans l’autre sens, puis en coupant vers Chan Chi’Ich pour retrouver le chemin menant à l’entrée du site.

Au total, cette visite a quand même duré 2 heures, même si nous n’avons probablement vu qu’un tiers du site. Autant vous dire qu’il y a de quoi faire si vous pouvez avoir accès à l’intégralité des structures !

Quels animaux voir à Calakmul ?

Plus grande réserve naturelle du pays, Calakmul constitue une étape de choix pour les amoureux de la nature et les passionnés de faune et de flore, comme nous !

Dans la jungle épaisse qui entoure les ruines, on peut rencontrer beaucoup d’espèces emblématiques du Mexique, mais qui sont également rares ou menacées, comme le jaguar. Les gardiens les aperçoivent d’ailleurs assez régulièrement.

Mais le jaguar est loin d’être le seul animal que l’on peut voir à Calakmul. On peut également observer : des singes hurleurs, des singes araignées, des tapirs, des fourmiliers, des tatous, des ocelots, ou encore de nombreuses espèces d’oiseaux comme des faisans, des toucans, des perruches, des perroquets.

Lors de notre visite, voici les espèces que nous avons eue la chance de croiser :

  • Des singes hurleurs : ce sont probablement les mammifères les plus faciles à observer à Calakmul, car ils vivent à proximité des ruines et font régulièrement des apparitions (en plus de signaler leur présence par leurs cris très caractéristiques).
  • Plusieurs groupes de faisans.
  • Un tapir 😲 un gros coup de chance, car il s’agit d’une espèce que l’on ne croise que très rarement. D’après un guide à qui nous en avons parlé, il serait plus difficile de croiser un tapir qu’un jaguar !
  • Plusieurs espèces d’oiseaux que je ne saurais identifier, dont un qui ressemblait à un pivert.
  • Un toucan de très loin !

Note : je rajouterai plus tard les photos de M. Chaton qui seront probablement bien plus jolies que les miennes.

Où loger pour visiter Calakmul ?

Si vous souhaitez passer la nuit à proximité du site, deux solutions s’offrent à vous :

Dans notre cas, nous nous sommes demandé comment visiter Calakmul en étant sur place dès le début de la matinée, de manière à être les premiers à entrer dans la zone archéologique. Nous avons donc choisi la deuxième option : dormir dans la réserve.

Nous souhaitions également être immergé dans la nature pour se donner plus de chance d’apercevoir des animaux, et nous avons trouvé le lieu parfait pour cela 🤩 : le Campamento Yaax Che en Calakmul.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un campement, disposant de tentes permanentes, mais avec de vrais lits dedans. Si vous disposez de votre propre équipement, vous pouvez également louer un emplacement pour y planter votre tente.

L’endroit est situé à quelques kilomètres de l’entrée de la réserve. Fernando, le propriétaire des lieux, y habite depuis plus de 30 ans. Amoureux de la nature, pour lui rien n’a d’égal que de pouvoir vivre en paix au milieu de la jungle.

Il a même construit une tour d’observation à laquelle vous pouvez accéder si vous passez la nuit chez lui. C’est depuis celle-ci que nous avons pu apercevoir notre toucan 😍

Si toutefois vous préférez passer la nuit en dehors du site, je vous conseille l’hôtel NICTE-HA à Xpujil. Bon accueil, très propre et bien situé dans la ville : j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un excellent rapport qualité prix.

Comment se rendre à Calakmul ?

La difficulté d’accès de Calakmul est autant un avantage qu’un inconvénient… Et sachez que ce n’est pas un simple détail sur lequel vous pouvez faire l’impasse. Il vous faudra prendre en considération l’aspect logistique à partir du moment où vous vous demandez comment visiter Calakmul.

Pour résumer, il existe deux cas de figures :

Si vous êtes en voiture, je vous conseille de partir très tôt, selon l’endroit où vous logez, de manière à pouvoir vraiment profiter de toute la journée sur place. Prenez en compte que le temps de route depuis l’entrée de la réserve jusqu’au site archéologique (1h30) est incompressible, quel que soit l’endroit où vous dormez. Certains sites vous diront qu’il ne faut qu’une heure, ce qui, à mon sens, est sous-estimé. Pour avoir fait l’aller-retour et en ne roulant pas au pas, je vous conseille vraiment de compter 1h30.

Si vous n’avez pas de véhicule, la meilleure option est de vous rendre à Xpujil en bus. Depuis là, vous pourrez réserver votre place en navette pour faire l’aller-retour depuis Xpujil en une journée. Lorsque nous y étions, certains opérateurs le proposaient pour 600 $ pesos par personne (juste pour le transport). Si vous choisissez cette option-là, voici mes deux conseils :

  • Prévoyez de rester au moins deux nuits à Xpujil. Les excursions partent généralement tôt le matin (vers 7h) et reviennent en fin d’après-midi. Il vous faudra donc arriver la veille et repartir le lendemain.
  • Essayez d’anticiper et de réserver votre transport pour Calakmul à l’avance, car il n’y a pas beaucoup d’agences touristiques à Xpujil.

Sinon, je sais que certaines agences vous proposeront de faire l’excursion en une journée depuis d’autres ville, comme Bacalar ou Campeche. Mais cette dernière possibilité est d’une part plus coûteuse, d’autre part moins pratique, car vous passerez la majeure partie de votre temps sur la route. Cela reste cependant une option envisageable pour ceux qui ont moins de temps devant eux.

Comment visiter Calakmul : Conseils pratiques

La visite de Calakmul demande un peu plus de préparation que celles des autres sites mayas. D’une part, assurez-vous d’être bien en forme, car la journée sera longue et potentiellement éprouvante, en fonction de nombre d’heures de marche que vous ferez.

En ce qui nous concerne, nous avions commis l’erreur de faire cette étape sur le retour de notre road trip dans le Chiapas. Nous avions donc toute la fatigue accumulée des 15 derniers jours à crapahuter, ce qui nous a un peu plombé la journée. Si nous avions su, nous aurions fait l’inverse, en commençant par Calakmul. Mieux vaut être frais et dispo pour cette excursion !

De même, pensez à prendre avec vous :

  • beaucoup d’eau : il fait chaud et les réserves s’épuisent vite ;
  • idéalement, quelques snacks en plus (ce ne sera jamais perdu) ;
  • de quoi vous protéger du soleil (le cagnard ne vous épargnera pas lors de votre ascension sur les pyramides) ;
  • des jumelles, si vous souhaitez mieux observer les animaux.

Coût de l’entrée à Calakmul : il faut d’abord s’acquitter d’un droit d’entrée dans la réserve, de 220 $ pesos/pers. Il faut ensuite ajouter 100 $ pesos/pers pour l’entrée dans la zone archéologique, ce qui fait un total de 320 $ pesos/pers, soit environ 16,5 €/pers (prix constatés en février 2023).

Vous savez à présent comment visiter Calakmul et avez toutes les cartes en main pour bien planifier votre passage dans cet endroit magique. Vous adorez les vieilles pierres ? Sachez qu’il y a beaucoup d’autres sites archéologiques très intéressants à proximité de Xpujil : voici mon article détaillé sur le sujet.

Vous faites route vers Bacalar ? Découvrez comment bien planifier votre visite et les conseils que j’aurai aimé avoir avant de m’y rendre !

En ce qui nous concerne, Calakmul fut la dernière étape de notre road trip. Nous avons ensuite mis le cap sur Mérida, la capitale du Yucatán.

2 commentaires

  • Alexandre

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour tous ces conseils indispensables avant de partir.
    Savez-vous s’il y a la possibilité de déposer nos bagages en lieu sûr à l’accueil du site, pour ne pas les laisser dans la voiture ?

    • Amy

      Bonjour Alexandre,
      Bonne question ! Je ne pense pas pouvoir vous répondre, il faudra voir directement sur place. Si vous louez une voiture, en principe, vous devriez avoir une plage arrière si bien que les bagages ne seront pas visibles depuis l’extérieur.
      Bon voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.